Forum FFL-ASL
ASL pour les nuls … et les autres !

AAR Lille 2006

Hors ligne bruno

  • 9-2
  • *
    • Messages: 342
    • +15/-0
  • ASL AREA : www.asl-area.org
    • ASL-AREA
Salut les gars!

à moi donc pour un AAR.

Le tournoi de Lille a encore une fois été super.
Grand merci à François Boudrenghien, Chrsitian Vandenboch, Pierre-Jean Cillufo,
Jean Lasnier et les autres.
Je plébiscite le démarrage vendredi soir et aussi une seule ronde
longue et decontractée dimanche.
Des lots en pagaille : merci à Emmanuel Desanois dont je regrette
particulièrement l'abasence.
Super ambiance et super scénarios.
Un grand bravo à Peter Struijf.
J'y suis allé les mains dans les poches sans avoir joué aucun scénario,
ce qui est la première fois que ça m'arrive et j'en ai fait les frais
côté résultats. Mais côté fun, ça a marché plein pot.
Et puis je n'ai pas eu à me casser la tête laissant à l'adversaire ou
aux dés le choix du scénario et du camp.

Bon, je vais parler de gens qui vont peut-être répondre sans que je
sâche qui c'est, paraît que c'est le charme du forum. Moi "bruno"
c'est Bruno comme ça c'est simple.
Je vais essayer de faire preuve de plus d'imagination et rajouter
qqchose d'autre un de ces quatres. On verra.
Mais pas "LL", je ne donne pas dans la forfanterie comme certains,
n'est ce pas.

Ronde 1:
=====
"First Day of the Diadem", contre Daniel Pierres.
Seul scénario que j'avais préparé (avec PhiHIP un soir sur vasl) je me retrouve avec les FreeFrench.
Mon setup est un peu exposé mais j'ai deux bons points de ralliements hors LOS ennemie et, a posteriori,
c'est la la meilleure chose dans ma partie : avoir déniché ces planques. (sorte d'instinct chez moi?).
Le snip prend mon gun avant qu'il tire un seul dé et le mtr de 60 casse à son deuxième jet.
MAIS je casse sur un tir anodin sa kill stack [ (467+LMG)x3 svp ! ] et ce dès le
premier tour. Y a pas, ca aide beaucoup.
De même, je crée un héros qui va vaillamment mener la contre-attaque pour mettre des DM et causer
des failure to rout, etc.
L'allemand ne passe pas. Bon scénar, super partenaire, 1-0

Ronde 2:
=====
Je retrouve Arnaud Brisset contre qui j'avais joué en deuxième ronde l'an dernie
r.
Tout comme Daniel, il s'agit d'un "fauxNewbie-(ayant joué à Squad Leader)-vrai s
ympa-habitantLeMans".
Il a éliminé "Former Allies" alors que j'éliminai ";;;SOreEyes" dont les potes m
'avaient dit qu'il était
ARCHI déséquilibré. On se retrouve avec "Moldavian Massacre". On roule pour déte
rminer les camps,
j'ai le ruskof. Il est temps de découvrir donc le scénar... horreur, il est TOUT
 PETIT.
Bon, tant pis.
Je fais un set-up rapide dont j'ai le secret (qui est celui-ci : viteFaitEtParfo
isMalFait ;-) ) et je vois très vite mon erreur
en voyant le sien de setup : je permets une longue avenue d'approche sans tirs p
ossibles.
Arnaud a le bon goût de faire une erreur qui compense presque exactement la mien
ne : il choisit
le HtoH contre moi avec les troupes qui avaient pu cavaler alors que nous sommes
 à 1 (moi) contre 3 (lui)
et que le HtoH me donne une réelle chance de tuer tt son monde. And guess what ? Eh oui,
je tue tout le monde. Du coup, les troupes qui avaient gagné un tour sont
mortes. He he.
J'ai par ailleurs la mal chance, presque rédhibitoire dans ce scénario si petit, d'enrayer
la MMG russe au deuxième tir, sur la case bore-sightée... Heureusement le premier tir
avait tué son héros... Ca ne commence pas tout à fait mais.
Le jeu se poursuit et on en arrive à la fin : il a une prep unique à faire adjacent
à la case de la victoire. FP16(+3) contre moral 7. Il a à peu près 35% de chances de me mettre broken et l'emporter. Il roule un 3, je rate le moral et c'est fini.
Un autre bon moment avec un partenaire des plus agréables. 1-1
Je ne suis plus dans la course...

Ronde 3
=======
Eric Bongiovani est le prochain. Il voudrait faire une défense et
donc je lui propose d'exclure "Lingèvres Préparation" car j'avais
trop envie de prendre la défense pour la lui laisser.
On prend "Bad Luck" qui ne me dit rien bien sûr, n'ayant rien préparé.
Bad luck en effet pour Eric et moi même.
Un coup de barre à la majuscule s'abat sur moi et je n'ai
plus vraiment les yeux en face des trous. J'en suis presque malade
et dois interrompre. Je garde peu de souvenirs en fait de cette partie
mais parmi ceux-là le fait que le set-up de Eric était excellent.
Une défense très en avant avec les 3 Shermans sur la coline en HD.
Le Panther arrive pour les défier en duel mais Eric le noie
dans la fumée : astucieux. Pendant ce temps les Sherman alignent
l'infanterie à découvert qui se fait torpiller au mortier dans
les bois de ralliement. Bien vu.
Mais voilà, je ne suis pas moi même et regarde hagard des pions
bleu ciel qui ne m'inspirent rien.
J'abandonne et vais faire une sieste par terre quelque part
parmi les bruits de dés.
1-2, cela tourne à la déroute!

Ronde 4
=======
Je me retrouve avec Chris Mazzei contre qui j'avais joué en finale
l'année dernière.
J'aimerais bien jouer le petit, vu mon état ("to have and to hold"
je crois) mais il n'en veut pas. "Cahier Carriers" ? Il avoue tout
de même qu'il lui semble plutôt pro-Brit et on s'accorde la balance
avant de rouler aux dés. J'ai les brits et il ne semble pas super
joisse. Je lui prend alors les German, au point où j'en suis...
Il faut dire que le scénar est VRAIMENT dur pour la défense.
Mais quel beau scénar ! Chapeau bas à Ian Daglish.
J'ai un second souffle après mon épisode du matin et je suis
presque en pleine forme! Je joues à mon maximum et réussis dans
la douleur et in extremis à avoir pas mal de monde qui réussi
à rallier la zone de victoire pour le stand héroïque.
(il faut en effet partir de loin et les saloperies de Carriers
sont très gênants).
Là, tout reste possible mais ça tient à pas grand chose. Il
est 2 heures du mat, je suis crevé mais mon adversaire davantage.
Les dés me sourient mais lui perd son calme et donc ses moyens.
Les CC tournent presque toujours à mon avantage et la victoire lui
échappe. 3 heures du mat, on fait la fermeture !
Merci à François l'éléphant et PhilHIP pour nous avoir attendus.
Je reviens de loin côté fatigue mais aussi côté "W-L record" car
je me voyais perdre et le scénar est vraiment tough pour l'allemand.
Je suis en fait très fier du résultat.
Bon, un 2-2 a déjà une meilleure gueule.
Dès le lendemain on est content de se retrouver avec Chris qui reconnaît
une bonne partie malgré son énervement de la veille. Il est comme ça,
faut le connaître.

Ronde 5
=======
Je joues contre Benoît Rey (question : s'agit-il du même que nous
avons sous le nom de Jérôme Rey dans l'area ou est-ce un autre?
Si vous pouvez me le dire ça nous permettra avec PhilHIP de corriger
une erreur sur les listes...).
Nous prenons "For whom the bell tolls" un peu par défaut en regardant
la taille. Il se trouve que toute la salle ou presque a pris le
même. Personne ne regretera, je suis sûr. Ce scénario est une perle!
On est dimanche, il n'y a pas d'enjeu, pas de pression de temps
non plus.
Benoît et moi sommes sur la même longueur d'ondes : enjoy and rejoice!
Je prends l'américain. Je rentre prudent par le "petit chemin"
sauf 3 sq+leader qui font le grand détour.
J'ai la chance de casser 3 de ses unités au tour 2 ce qui me permet
de mettre un pied dans la market place dès le tour 3 ce qui transforme
l'allemand en attaquant.
Il se passe plein de trucs rigolos (genre il me plante un CH alors que
je suis HD et qu'il à +5 aux dés) et à chaque fois on se met à engueuler
le concepteur du scénario sur la non historicité de son design.
Et puis le 17 jaune sur la partie sud de la carte n'y étais pas
à l'époque ! On rigole à mort. On est parmi les derniers à finir mais
les chances de victoire ont abandonné le camp allemand un peu avant
lorsque son assaut se brisa sur les tirs de mes américains bien
décidés à défendre la bouffe des Halles.
Super partie pour clouer un super WeekEnd. Merci tout plein
à Lille Ole Squad : vous êtes super!
3-2, ça va. Je pense avoir perdu tout de même 100 pts d'aera
qui seront difficiles à récupérer! Mais les 150 pts de fun compensent
largement.

3 bonnes résolutions :
participer à un tournoi
initier un nouveau
encourager ceux qui maintiennent notre hobby vivant


Hors ligne TankBuster Eric

  • 10-2
  • *
    • Messages: 690
    • +16/-6
    • http://www.blitzgames.org
Jérôme et Beoit Rey sont bien deux personnes differentes : Jérôme sévit à Marseille sous le pseudo original de Jerome et Benoit à Paris sous celui de BenAssen.
26 tournois à son actif.
Aucun tournoi remporté.
Commence à se poser des questions.


Hors ligne BenAssen

  • 8-1
  • *
    • Messages: 115
    • +1/-0
Je confirme  pour mon homonyme :-)
Si non effectivement superbe partie du dimanche, scénario tout en subtilité et au regard des autres tables qui avaient presque toutes choisies le meme il n'y a pas deux parties identiques.
Mes trois squads qui tenaient de façon insolente le village se sont en effet démoralisé soudainement laissant libre le champ de course pour l'US.  Il faut dire que Bruno a exploité au maximum ce changement tactique de la partie et dès le tour suivant, le village était pris à 90%. C'est dans ce genre de manoeuvre qu'est l'intérêt d'ASL et la force des bons joueurs. Ensuite ce fut très difficile et follement intéressant pour moi d'essayer de reprendre pied.
On ne ment jamais autant que avant les élections, pendant la guerre et après la chasse.


Hors ligne Jean LL

  • 10-3
  • *
    • Messages: 904
    • +13/-1
Mais pas "LL", je ne donne pas dans la forfanterie comme certains,
n'est ce pas.


Moi "bruno"
c'est Bruno comme ça c'est simple.


D'après ce qu'on m'a dit, ça devrait plutôt être Bruno*  ...

"Déjà vous n'êtes plus qu'un mot d'or sur nos places.
Déjà vous n'êtes plus que pour avoir péri"


Hors ligne Phil HIP

  • 1-4-9
  • *
    • Messages: 1 549
    • +15/-0
Bon, puisqu'il est de bon ton de raconter ses mésaventures, je m'y mets:

1ère ronde: Better to sweat than to bleed contre Roland Pirard.
Début des hostilités le vendredi à 21h30. Je décide de prendre les allemands, parce que, scrogneugneu, je veux me coucher tôt ! Le teuton doit franchir un pont, capturer 5 buildings en faisant gaffe à ses arrières, tout en devançant les renforts yougoslaves. Mon plan d'attaque est prêt: je mettrai les MG avec un X-1 sur la colline au niveau 2, avec le MTR et un MMC en couverture (pour contrer un HIP qui trainerait de ce côté) et je foncerai vers le pont avec les autres, en espérant que la Smoke du MTR81 (s9 pour les SS) sera assez dense.
Le plan se place plutôt comme prévu. La défense de Roland était un peu trop en avant sur la carte 40: elle est éliminée dès le premier tour. Le Pillbox est vite localisé (de même que le HIP sensé me pourrir la vie). Mes MG font merveilles, le pont est noyé sous la fumée, il n'y a pas de MMG en défilement pour placer une Fire Lane assassine sur le pont: je le franchis au tour 3, avec un tour de marge par rapport à mon plan.
Les renforts Yougos seront un peu lents à se déployer. Je prends les 5 hex du village au tour 5 et réalise que ce scénario aurait pû être une catastrophe pour le germain: sans Smoke et avec un Pillbox un peu mieux placé (en Q4 par exemple), j'aurai eu beaucoup plus de mal.
Bilan : 1-0, mais il est quand même 1h30 du matin. Demain sera dur !

Ronde 2: Moldavian Massacre contre Guilhem Larigauderie.
J'opte pour le roumain et me prépare à un bain de sang, car les CC seront HtH si le roumain le décrète. Le scénario est court: il ne faut donc pas tenter de choses risquées, sous peine de perdre trop de temps en cas de break. Le set-up de Guilhem est limité par SSR donc sans trop de surprise. Je perçois une MMG sur la colline en 40CC9 qui m'interdit tout accès par la colline 11: bien vu ! Tant pis, je passerai par les bois et les brush à l'ouest, d'autant qu'il n'y a qu'une seule unité défendant ce côté (un HS+MTR qui sera vite hors course).
Sans vouloir faire de peine aux adorateurs de l'IIFT, je voudrais insister sur l'importance de la composition des stacks dans ce scénario: 2 MMC + 1 LMG = 8FP, 2MMC+ 1LMG +1MMG = 12FP et il n'y a pas beaucoup d'autres combinaisons permettant d'atteindre les grosses colonnes. Je décide donc de grouper mes forces en 4 stacks et 2 HS éclaireurs: ce choix me sauvera la mise en fin de scénario.
J'avance prudemment dans les bois (i.e en n'y parvenant qu'en APh) pour éviter de perdre le Concealment. Au sud, c'est plus violent: mes HS trouvent le MTR, le contournent et un stack à 12FP@-1 se met en place dans les Orchards (hors LOS des gars sur la colline !!): Je ne quitterai plus cette position de tout le jeu, n'hésitant pas à abandonner le contact du building pour retrouver du Concealment.
A l'est, la prise des 3 maisons sera laborieuse et occupera le hero, 5MMC et 2 MMG pendant 3 tours. A l'ouest, le 8-0 et un HS parviendra à prendre pied dans le building, avant de se faire massacrer en CC en fin de tour 4.
Au début du tour 5, le building est occupé par un 447 russe, en pleine LOS de mon Kill-Stack Concealed posté en BB7. Je choisis l'option d'une Prep à 24@+2 qui décide du sort du scénario...
Bilan: 2-0. Il est midi passé et il se fait faim...

Ronde 3: Searing Soltau, contre Cyrille Guinard.
Il est 15h00 passé quand nous décidons du scénario et du camp. J'aurai préféré "bad Luck", mais le sort en décide autrement, et c'est sans importance car je n'ai préparé aucun des deux ! J'aurai préféré prendre le Brit, d'abord pour ne pas laisser l'initiative à un joueur comme Cyrille, qui sait exploiter toutes les failles d'une défense mal préparée, et surtout parce que je n'ai pas de set-up en tête ! Le sort en décidera aussi autrement et je me retrouve avec un HS Conscript supplémentaire comme lot de consolation !
La partie sera dure, très dense et technique. Un peu désabusé par l'attaque de Cyrille au début (il me prend à contre-pied en attaquant uniquement depuis la carte 43), je reprends un peu espoir vers le tour 3 quand je constate que ces 4 FT à chenilles vont avoir un peu de mal à manoeuvrer dans le village. Le scénario est passionnant et mériterait un SSR à lui tout seul ("De l'art et la manière de résister à des FT36 !") et je regrette un peu de ne pas l'avoir préparé un meu mieux. Le scénario se joue au tour 5 allemand quand les teutons sensés revenir se positionner dans les étages de l'église se font cloués au rez-de-chaussée. Il n'y a que deux Location à virer au tour 6, elles ne résisteront pas à la Prep Brit du tour 6.
Bilan: 2-1, il est déjà 21h00: juste le temps de manger un pizza, mon prochain adversaire attend déjà depuis longtemps.

Ronde 4 optionnelle: To Have and to hold, contre Michel Bongiovanni
Il est 22 heures quand je peux enfin de m'asseoir à la table préparée par Michel (il patiente depuis quelques heures).Le choix du scénario se fera par défaut : c'est le plus court de la ronde ! Le choix du camp sera un exemple d'indécision car Michel me laisse le choix, or je n'ai aucune idée de la façon dont ce "machin" concocté par nos amis suédois peut fonctionner. Le joueur US a en fait 12 HS car chaque jeep peut libérer un Crew armé d'une MMG. S'il parvient à les disperser sur la carte 20, l'allemand ne pourra jamais revenir jusqu'au pont. J'hésite, car il y a quand même du Stug allemand pour reprendre pied sur le pont. Finalement, je prends le joueur allemand, revient sur mon choix... la tension monte... stop ! Il est tard, c'est un jeu, on est là pour rigoler donc on va la jouer "cool" (ce qui ne veut pas dire "stupide").
Mon set-up est archi convenu, avec juste une surprise sur la colline 40 (encore elle): un HS en retrait prêt à se dévoiler pour créer des Failure to Rout sur l'arrière US. Je n'y crois absolument pas... mais tant pis.
Et là, miracle sur la 35ème rue ! Le 436 posté en 40R1 tire sur le premier M8 qui se pointe, et roule 1,1 : coward ! et seulement 1RFP en sortie de pont. Je me crois définitivement grillé, malgré le Stun infligé au M8, mais les deux jeeps suivantes se prennent le 1RFP et sont immobilisées toutes les deux (DR3, avec en prime un break de Crew!!). Voilà la sortie du pont embouteillée dès le premier tour et un Crex éliminé par Failure dans l'Open. Michel change de stratégie, occupe le pont de bout en bout. Il débarque ses Crew au second tour. Je parviens à en breaker quelques-uns. Mon piège à Failure to Rout marche pour quelques HS US. Le moral remonte.
Au tour 4, je parviens à placer les Stug en LOS du pont sans qu'ils risquent trop d'attaque à revers (Allez voir du côté de 40AA2 comme la LOS est jolie !). Dès la Def suivante, les obus commencent à pleuvoir sur les US. Du coup, Michel n'y croit plus et abandonne quand son dernier M8 part en son et lumière: il doit lui reste un squad encerclé sur le pont (J'avais gardé un HS Conscript de l'autre côté, qui a survécu à un CC et s'est payé une MMG US en prîme).
C'était un scénario original, mais trop "dicey" à mon goût. Tout peut basculer en quelques dés et je n'ai pas vu comment le jouer sans tenter ces coups un peu osé.
Bilan: 3-1, il est 2h00 du matin et je dois encore attendre Bruno avant de rentrer à l'hôtel. Courte nuit en perspective, mais quelle journée !

Ronde 5: For whom the Bell Toll, contre ce cher Jean Lasnier, qui me doit une revanche depuis ma déroute Française de l'année dernière.
Nous avions choisi le même scénario en premier et le même camp. J'hérite de la balance, mais cette fois, j'ai un 9-2 supplémentaire ! Avec deux Cne Winter, mes options s'enrichissent considérablement: je peux faire deux kill-stack à 24@-2 ou assister les tireurs de Bazooka quand nécessaire.  Le set-up initial est assez facile pour l'allemand (4 unités à placer) et tout le boulôt est plutôt pour le ricain qui doit rentrer sur cette satané carte 12 sans prendre trop de perte.
La MMG est dans le clocher, avec le leader: je lui réserve le MTR. En ne rentrant sur la carte qu'en APh, je prive Jean de l'avantage de son Boresighting et de tirs dans l'Open. Je prends pieds dans le village au tour 3. Je fais rentrer les renforts en Armored Assault pour traverser la plaine sans trop de risque et privilégie un choc frontal: avec ma puissance de feu, je peux me le permettre.
Le scénario est plein de rebondissements, de LOS surprise pour chaque camp (mais surtout pour Jean en fait !). Les paras virent l'allemand des trois principaux buildings au tour 4 et je parviens à retarder son infanterie au point qu'elle ne parviendra pas à reprendre pied dans le village. Les équipes de Baz et les sherman nettoient les Stug un à un (Jean a pris un risque en les faisant entrer dans le village sans couverture).
Au tour 6, après un tir raté de PSK contre un sherman qui gouverne l'entrée du village, Jean concède le scénario: il lui reste 6 squads opérationnels, mais tous très loin dans l'open, et 2 Marder alors que je n'ai perdu que 2 squads et 2 sherman.
Bilan: 4-1 ! Une superbe partie, jouée en 6 heures ! Et la troisième place du podium en prime...

Bilan général: des scénarios très bien choisis, une bonne ambiance, un très bon niveau de jeu et des rebondissements à chaque coin de carte. J'en reprendrai l'année prochaine et je vais presque regretter de ne pouvoir aller à Arnhem cette année...
« Modifié: 08 Juin 2006, 10:52 par Phil HIP »
"C'était impossible... L'idiot ne le savait pas... Il l'a fait !"
ASLement vôtre